Bonjour !
Eh oui, encore et toujours ce défi du lundi avec cette semaine les thèmes : troll 😈, poule 🐔 et otage 🔫.

Tout d'abord, une première illustration 3D  de Junneskin :

Illustration 3D par Junneseki

Ensuite un texte de Phundrak :

Chaque jour, il ramassait ces petits morceaux de métal que les gens lançaient depuis le pont, parfois dans l’eau, parfois juste à côté. D’un côté, le troll était énervé de voir les gens faire ça, ça salissait l’endroit. Mais d’un autre, il aimait bien quand même ces disques de métal tout ronds et brillants. Quelques-uns avaient une couleur qui lui rappelait les lunes, d’autres le soleil. Du coup il les collectait. Et il savait que c’était pour lui que les gens faisaient ça.

Parfois il entendait un marmot demander à ses parents pourquoi ils faisaient ça, et les adultes lui répondaient comme quoi c’était une offrande importante faite aux dieux du voyage. Le troll à chaque fois gloussait calmement ; leurs motivations avaient bien changé depuis les siècles qu’il était là. Ce n’est pas pour le voyage qu’ils lui offraient des choses à la base, c’était pour le pont. C’est lui qui entretenait le pont, qui faisait en sorte qu’il tienne. Et à la base, c’était de la nourriture qu’on lui jetait. Et puis, c’est quoi cette histoire ? Lui, un dieu ? Ça le faisait bien rire, il était juste chez lui, où le créateur de ce pont l’avait invité à vivre.

Pas bien comestible ces petits bouts de métal, mais ça fait joli, ça décore. Et puis, il y a chaque jour bien un type ou deux qui lui envoient encore de la nourriture. Peut-être parce qu’ils n’ont pas ces petits bouts de métal. De temps en temps, quand un type lui offrait de la vraie bonne nourriture en allant directement la poser sous le pont, le troll se sentait si généreux qu’il lui offrait tout un pot de ces bouts de métal. Ça semblait faire plaisir aux humains. Ce sont de drôles de bêtes quand même ces créatures.

Et revoilà  Junneskin avec une deuxième illustration 3D, juste avec le charmant troll cette fois :

Illustration 3D par Junneseki
Illustration 3D de Junneseki

Et pour finir, un texte de Camille Ksaz :

Sur le tableau, un schéma complexe et désordonné tentait de représenter tant bien que mal les tours de garde. A coté, des flèches représentait leur plan d’attaque, aussi simple qu’impossible. Si ils avaient demandé conseils, la conversation suivante n’aurait pas eu lieu d’être, mais visiblement, les quatre hommes réunis autour de la table ne semblait vouloir l’avis de personne d’autre.
Le premier, un trentenaire à la cicatrice qui barrait son œil, commença la discussion en montrant l’étrange dessin :
- Donc on résume : on passe par la porte de service, on se faufile par le couloir le plus proche, on évite la garde, on prend de la viande pour les chiens de garde du roi. Ensuite, on assomme avec nos armes tous les gardes près de la chambre, environ une vingtaine et enfin on ouvre la porte principale comme toutes les autres : crochetage et tout le reste. Bien sûr discrètement pour…
- Mais, si on a de la viande, on va pas sentir fort donc les chiens ils vont aboyer ? demanda une armoire à glace d’une vingtaine d’année au crâne rasé et au regard perdu.
- Et puis, avec nos armes et le guide de crochetage, ça fait du bruit. Puis personne sait crocheter ici… fit remarquer celui au coin de la pièce en levant les yeux au ciel.
- Oui, bon, concentrons-nous sur l’essentiel, après on fait comme d’hab on improvise, se rattrapa l’homme à la cicatrice.
- L’essentiel, tu veux qu’on en parle de l’essentiel ? Demanda le quatrième homme, visiblement hors-de-lui. Ton plan consiste en un suicide collectif auquel je ne participerai pas cette fois. Jusque là, on a eu de la chance. Beaucoup de chance. Mais la demeure de Sa Majesté… Vous n’avez jamais été des lumières, mais là c’est un record.

Il se leva et, avant de claquer la porte, s’exclama :
- Je ne mourrais pas pour rien et encore moins pour attraper littéralement une putain de poule aux œufs d’or. Avant d’y aller tête baissée, rappelez-vous que pour gagner l’argent dont vous rêvez grâce à cette sale bête, il faut sortir en vie et s’enfuir assez loin pour ne pas se faire attraper par le dirigeant du pays.

C’est ainsi que Frédéric manqua l’occasion de sa vie et regretta toute son existence de ne pas avoir été assez idiot pour suivre ses compagnons.

Et voilà pour la semaine, nous vous retrouvons la semaine prochaine pour un nouveau défi du lundi avec les thèmes : tueur 🔪, sauvage 🦁 et animal 🦙